SUIVRE L’ÉTERNEL (Extrait du livre: « Le Bon Œil »)

Rabbi Hama, fils de Rabbi Hanina de dire :[1] Que signifie : « Suivez l’Éternel votre D.ieu !? » [2] Est-il possible à l’homme de suivre la Providence Divine ? Or, il est déjà écrit :[3] « L’Éternel, ton D.ieu est [comme][4] un feu dévorant. »?[5] C’est donc, une obligation que d’imiter D.ieu dans Son Comportement. Tout comme :

  1. Le Saint, Béni Soit-Il, a vêtu ceux qui étaient nus. Comme, il est écrit « L’Éternel-D.ieu fit pour l’homme et sa femme,Des tuniques de peau, et les en vêtit. » (Bérèchith 3, 21) Toi également, habille ceux qui en ont besoin.
  2. Le Saint, Béni Soit-Il, rend visite aux malades. Tel qu’il est dit :[6 « L’Éternel lui apparut dans les plaines de Mamrè… » Toi aussi, visite les malades.
  3.  Le Saint, Béni Soit-Il, réconforte les endeuillés. Ce qu’exprime : « Après le décès d’Avraham, L’Éternel bénit Yisshaq, son  fils… »[7]Toi aussi, réconforte les endeuillés.
  4. Le Saint, Béni Soit-Il, enterre les morts. Comme, il est dit:[8] « Il[9] l’enterra dans la vallée… » Toi de même, enterre les morts.
[1] T. B. Sota 14a.
[2] Dévarim 8, 5.
[3] Dévarim 4, 24.
[4] Comme un feu dévorant.
RAAVA^, Rabbènou Avraham IBN ÊZRA,
Et Hizzéqouni.
[5] La Punition de D.ieu est un feu dévorant. Rav Séâdya Gaone.
[6] L’Éternel apparut à Avraham. Bérèchith 13, 1.
Pour rendre visite au malade. RACHY, Cf. Sota 14a. « Biqqour Holim ».
Rabbi Hama Bar Hanina a enseigné: Avraham étant au 3e jour de sa circoncision, Le Saint, Béni Soit-Il, est venu lui rendre visite. RACHY, Cf. Bava Messiâ 86b.  
Consulter le chapitre III, tome II, de la présente œuvre. À paraître.          
[7] Bérèchith 25, 11.
Cette bénédiction était constituée par la consolation que L’Éternel accorda à Yisshaq, à la suite de son deuil, lors du décès d’Avraham, son père. Et si D.ieu a tenu à procéder Lui-Même à cette consolation, c’est pour nous entraîner à mettre nous aussi, en de telles circonstances, du baume (Substantif  masculin, figuré, ce qui calme, adoucit les peines, les chagrins) sur le cœur des affligés. Toratt ‘Haïm, Bérèchith 25, 11, p. 199, § a.
La consolation des affligés, « Nihoum Avèlim ».
[8] Dévarim 34, 6.
[9] L’Éternel enterra Moché Rabbènou, âlaw ha-chalom.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s