LE GUIDE SÉFARADE POUR PESSAH 5775/2015

LE GUIDE SÉFARADE POUR PESSAH 5775/2015

PAR LE RAV HAÏM A. MORYOUSSEF : AUTEUR DU BON ŒIL – BÈN PORATH YOSSEF

CHEF SPIRITUEL DE L’ACADÉMIE PORAT YOSSEF

BÉDIQATH HAMESS : LA RECHERCHE DU HAMESS

Conformément à l’enseignement de la Michna, (T. B. Pessahim 2 a) la veille du 14 Nissane, une demi-heure après le coucher du soleil, il faut procéder à la

recherche systématique du hamess partout : maison, garage, vouture, lieux de travail, et ce, dans tous les

coins et recoins, à la lumière de la bougie.

Il faut également examiner très soigneusement les poches des vêtements des enfants, les sacs et

cartables, les livres de prières… les sacs d’aspirateurs dont il faudrait changer les filtres.

COMMENT FAIRE LA BÉDIQA

Après s’être assuré(e) d’avoir tout examiné, il est de coutume de placer dans les différents coins

de la maison, dix petits morceaux de pains de moins de 29 grammes, soigneusement enveloppés dans du

Remarque : Ceux qui les mettent dans du papier aluminium doivent s’assurer que le lendemain, avant de

brûler le hamess, ils ouvrent ces papiers afin que le pain puisse être consumé par le feu.

Notre grand maître, le Rav Bèn Ich Haye, rapporte une coutume de se munir d’un sac contenant

un petit morceau de pain avec un peu de sel, et d’y déposer au fur et à mesure le hamess que l’on

trouve, pour brûler le tout le lendemain. Ceci est en signe de bon augure afin d’avoir le privilège

d’accomplir cette misswa pendant de longues années, le sel étant le symbole de la durée. Consulter les

bienfaits du sel dans le BON ŒIL – BÈN PORATH YOSSEF, du Rav Bèn Porath Yossef, tome I.

Il faut préalablement réciter la bénédiction suivante :

Baroukh Atta Ado-Naye, Élohènou mélékh ha-ôlam achère qiddéchanou bémisswotaw

wessiwwanou âl bioûr hamess

Béni Sois-Tu, Éternel notre D.ieu, Roi de l’Univers, qui nous a sanctifiés par Ses

commandements et nous a ordonné de détruire tout hamess (levain).

Une seule bénédiction est suffisante pour qu’une personne fasse la bédiqa dans des endroits

différents, même s’ils sont éloignés les uns des autres.

Il faudrait faire la bédiqa à la synagogue. Cette importante misswa est confiée au Hazzane, au

directeur du centre, ou au Gabbaye. Pour cette bédiqa, ils ne récitent pas de bénédiction.

LE BITTOUL : L’ANNULATION.

Une fois la recherche terminée et les morceaux de hamess récupérés, on récit le texte suivant à

Cal hamira déïcca virchouti, déla hazittèh, oudla biârttèh, livtil wéhachiv kéâfra déarâ.

Que tout hamess qui se trouve en ma possession, que je n’ai pu voir ni que je n’ai pu détruire,

soit considéré comme inexistant et sans aucune valeur, comme la poussière de la terre.

Remarque importante : Le bittoul se récite trois fois par le maître de maison seulement, dans la langue

qu’il comprend, pour s’assurer qu’il a bien saisi ce qu’il vient de faire. Si on lit ce texte en araméen

ou en hébreu sans comprendre ce que l’on récite, on ne s’acquitte pas de son obligation, et il faudra

reprendre la lecture dans une langue que l’on comprend.

Le lundi 14 Nissane, 14 avril 2014 au matin, vers 10 h, il faut se brosser soigneusement les dents,

passer la soie dentaire, et s’abstenir de consommer du hamess. Quelque temps avant 11 h environ, il faut

brûler le hamess ou le jeter dans à la mer, dans un ruisseau ou dans un fleuve, avant de réciter le texte

Cal hamira déïcca birchouti, da hazitèh, oudla hazitèh, déviârttèh, oudla viârttèh, livtil wéhachiv

Que tout le hamess qui se trouve encore en ma possession, que j’ai vu ou non, que j’ai détruit ou

non, soit considéré comme inexistant et sans aucune valeur, comme la poussière de la terre.

QUITTER LA MAISON AVANT PESSAH

Les familles qui partent en voyage, séjournent et passent les fêtes hors de la maison, ont

l’obligation, avant le départ, de rechercher, détruire et vendre tout hamess en leur possession, selon les

coutumes et rites d’usage, le dimanche soir 13 Nissane, 13 avril, et de lire les textes d’usages le matin du

Lorsque le voyage a lieu avant le 14 Nissane, comme dans notre cas, on procédera la veille de

notre départ, soit le mercredi 9 Nissane, 9 avril, à bédiqath hamess, la recherche du hamess, sans réciter

Cependant, une fois rendue à destination, chaque famille procédera à bédiqath hamess telle que

décrite dans le présent guide, en récitant la bénédiction d’usage. Le Rav Moryoussef le fera pour tout le

Le matin du 14 Nissane, cette année c’est le lundi 14 avril 2014, on supprimera toute trace de

hamess en le brûlant et en récitant les textes d’usage.

LE JEÛNE DES PREMIERS NÉS : TAÂNITH BÉKHOROTH.

Les garçons premiers nés âgés de 13 ans révolus se doivent de jeûner le jour du 14 Nissane.

Par contre, un garçon premier nés qui n’a pas encore atteint l’âge de la bar misswa, son père est

Néanmoins, la coutume veut ce jeûne puisse être épargné en participant à une célébration de clôture

d’un traité de Talmud, siyyoum massékhéth. Cependant, ces premiers nés sont tenus de se présenter

eux-mêmes au début du siyyoum, et non venir après pour consommer le petit morceau de gâteau et de

s’acquitter ainsi de l’obligation de jeûner. Le fait de charger quelqu’un de leur apporter ce petit morceau

de gâteau ne les acquitte pas de leur obligation de jeûner.

CHABBATH ET FÊTES À L’HÔTEL :

Durant le séjour à l’hôtel, il est important de respecter ces quelques règles :

L’ouverture des chambres :

En général, les ouvertures des chambres se font à l’aide d’une carte magnétique dont l’usage est

interdit durant le Chabbath et les jours de fêtes. Cette directive réfère à la règle

Chévouth di Chévouth Bimqom Misswa, du Choulhane Âroukh, chap. 307 § 5.

Il faut éviter d’emprunter le passage qui mène à la sortie principale car les portes coulissantes

sont mues à l’électricité. Il faut aussi vérifier avant le Chabbath et les jours de fêtes si les sorties de

secours peuvent être empruntées, et dans le cas contraire, faire des

arrangements avec la réception pour qu’elle se charge de ce service.

ÈROUV-HASSÈROTH : L’USAGE COMMUN D’UNE COUR, D’UN HÔTEL, D’UN ÉDIFICE…

À l’hôtel comme dans un immeuble d’habitations toutes les chambres, tous les appartements, ou

tous les condos, d’un même palier donnent sur un vestibule. On ne doit emporter ni objet ni nourriture

d’un appartement à l’autre, ni d’un étage à l’autre, ni de sortir dans le vestibule un sac ou un contenant à

la main pour le jeter ou le verser dans le bac à ordures. Cependant, il est recommandé d’établir un

êroouv-hassèroth pour ne pas transgresser ces règles. Choulhane Âroukh, chap. 370.

Pour ce faire, le Rav Moryoussef prendra le vendredi une miche de pain intacte, la remettra à

son voisin de palier en lui diasant : Je te remets cette miche que tu conserveras au nom de tous les

locataires juifs de cet hôtel. Il lui remettra cette miche après l’avoir élevée à la hauteur d’une palme, en

Baroukh Atta Ado-Naye, Élohènou Mélékh Ha-Ôlam achère qiddéchanou bémisswotw wessiwwanou âl

Béni Sois-Tu, Éternel notre D.ieu, Roi de l’Univers, qui nous a sanctifiés par Ses commandements et

nous a ordonné le précepte du êrouv.

Il ajoutera ensuite : Que par ce êrouv, il nous soit permis de sortir et de transporter d’un

appartement à l’autre, d’une chambre à l’autre, d’un étage à l’autre, tout objet ou toute nourriture.

Il conservera ensuite cette miche, pour dire que tous les locataires qui habitent l’hôtel peuvent

ALLUMAGE DES BOUGIES :

À l’hôtel, il est normalement interdit pour fin de sécurité d’allumer des bougies. Il est donc

recommandé avant Chabbath et les jours de fêtes d’allumer les bougies dans la salle à manger commune.

Une seule bérakha suffit suffit.

Cf. Choulhane Âroukh, chap. 263 § 8.

Les femmes s’acquitteront ensemble de cette misswa en allumant chacune deux bougies, et

seulement une seule femme pourra réciter la bénédiction d’usage, pour Chabbath.

Baroukh Atta Ado-Naye, Élohènou Mélékh Ha-Ôlam achère qiddéchanou bémisswotw wessiwwanou

léhadliq nèr chél Chabbath.

Pour les jours de fêtes : Baroukh Atta Ado-Naye, Élohènou Mélékh Ha-Ôlam achère qiddéchanou

bémisswotw wessiwwanou léhadliq nèr chél Yom Tov.

Les femmes séfarades doivent faire la bénédiction avant l’allumage.

On répondra toujours Baroukh Hou Ou-Varoukh Chémo après avoir écouté le Nom de D.ieu

prononcé par celui ou celle qui récite la bénédiction.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s